Transnational

Articles archivés

Mali : intervention de Nicole Kill-Nielsen, eurodéputée EELV, devant l’ACP en novembre 2012

Créé par le 17 jan 2013 | Dans : Politique, Transnational

Cher-e-s collègues,

Je tiens d’abord à rappeler que la situation dramatique que connait actuellement le Mali est aussi une conséquence de l’intervention de l’OTAN en Libye. En effet, en outrepassant le mandat du Conseil de sécurité, en transformant la résolution 1973, de  » Interdiction de survol » en un mandat de renversement du régime de Kadhafi, les occidentaux ont de fait permis aux groupes rebelles et islamistes de s’emparer d’un armement considérable et de se replier au Nord du Mali, sans rencontrer le moindre obstacle : les occidentaux disposaient des moyens militaires et technologiques pour les arrêter.

Il faut aussi se rappeler la proposition de médiation de l’Union africaine et de résolution pacifique du conflit libyen.

Je m’interroge donc aujourd’hui sur la position de l’Union Africaine qui privilégie l’intervention armée au Mali : la guerre est elle la solution ? Il suffit de regarder vers l’Afghanistan, l’Irak, la Libye pour admettre que la guerre c’est encore davantage de souffrances pour le peuple.

La guerre c’est plus de blessés, de morts, plus de viols, plus de destructions d’infrastructures et du patrimoine, plus d’écosystèmes saccagés.

L’option militaire ne peut être que complémentaire d’une approche politique.

Le Mali ne pourra pas continuer à occulter les questions politiques économiques, sociales et culturelles. Le désarroi de la jeunesse malienne est révélateur : il y a ceux qui ont créé des comités de soutien aux putschistes, ceux qui rejoignent les groupes armés du Nord, ceux qui constituent des milices pour libérer le Nord, ceux qui continuent à tenter d’atteindre l’Europe au risque de rencontrer la mort dans le désert ou en mer : la Méditerranée est devenue un grand cimetière marin.

Il faudra bien répondre aux questions qui hantent la jeunesse. Pourquoi le chômage, la pauvreté, la faim, l’exil et maintenant la guerre alors que l’on ne cesse de vanter la démocratie malienne ?

Il faudra bien tirer les leçons de l’échec du modèle économique mis en œuvre sous la houlette du FMI et de la Banque Mondiale et aborder la question de l’accès aux ressources naturelles tant convoitées, dans toute l’Afrique d’ailleurs.

Il faudra bien réfléchir aux conséquences sociales de ces inquiétants achats de terres agricoles par les sociétés étrangères.

Car, n’oublions pas que la pauvreté, l’absence de perspectives constituent un terreau très fertile pour tous les extrémismes. « 

The roots of islamophobia progress (les racines du progrès de l’islamphobie)

Créé par le 13 sept 2012 | Dans : enquêtes, j'ai été intéressée par..., L'islam dans le débat public, Transnational

Une étude incontournable du Center for American Progess qui permet d’identifier cinq acteurs clés dans le champ intellectuels qui propagent la désinformation sur l’islam (et notamment par une définition fausse de la charia – qui semble aborder d’ailleurs sans problème les rives européennes) et les hommes politiques qui relaient cette désinformation dans la sphère publique. Ce rapport aborde aussi la question des réseaux « grassroots » (de terrain, à la base) qui distillent l’islamophobie dans la société américaine.

Ce rapport permet de comprendre ce qui sous-tend des évènements tels que la production « innocente »(!!!) du film « The innocence of islam ».

Malheureusement, ce travail éclairant sera réservée aux lecteurs la langue anglaise.

http://www.americanprogress.org/issues/religion/report/2011/08/26/10165/fear-inc/

Le collectif français Rio+20

Créé par le 20 juin 2012 | Dans : Actu du site, Transnational

Avec tous les liens vers les différentes ONG.

http://collectif-france.rio20.net/

Le site du sommet alternatif Rio+20

Créé par le 20 juin 2012 | Dans : Actu du site, Transnational

Le sommet des peuples, du 15 au 23 juin 202. A consulter.

http://rio20.net/fr/

Rio+20 vue par ATTAC

Créé par le 17 juin 2012 | Dans : Résistances, solidarité, Transnational

 

http://www.blogs.attac.org/rio-plus-vain/article/un-premier-regard-vu-du-sommet

Au Chili, des villageois affrontent une multinationale dont la décharge menace leur environnement et leur vie

Créé par le 12 juin 2012 | Dans : Résistances, solidarité, Transnational

Pot de terre contre pot de fer? le procès est en cours. La catastrophe est déjà là et ce sont les villageois qui sont en accusation. Espérons que leurs avocats sauront mettre en cause la multinationale.

http://www.bastamag.net/article2453.html

L’impasse syrienne, François Burgat

Créé par le 31 mai 2012 | Dans : j'ai été intéressée par..., Transnational

Ce texte paru dans un média algérien (en 3 parties, d’où le choix de vous le présenter ici en un seul article) à l’automne 2011 contient de nombreux éléments d’analyses toujours éclairants pour la situation actuelle en Syrie. Il est en principe le fruit d’un entretien avec Jean-Marie Cléry. Ce mardi 29 mai, à Paris, François Burgat levait le voile sur l’identité de cet universitaire : lui-même, alors contraint à l’époque (à Damas, comme directeur de l’IFPO) de porter un pseudonyme. Aujourd’hui à Beyrouth, il peut enfin se citer!

http://oumma.com/L-Impasse-syrienne

A la lumière de cette réflexion, il est clair que le mouvement de révolte a avant tout une logique endogène. La thèse d’un complot international ne tient pas (même si évidemment, le jeu géopolitique s’est saisi de la situation, les grandes puissances veillant à leurs intérêts, au delà de la seule Syrie). Alain Gresh, présent ce jour là, d’accord avec Burgat sur la dynamique intérieure du mouvement, était d’ailleurs lui-même plus sensible à l’impact de la géopolitique sur le conflit.

 

Birmanie : »Il ne faut pas appeler transition démocratique ce qui n’en est pas encore une »

Créé par le 01 avr 2012 | Dans : Droits de l'homme, Transnational

http://lemonde.fr/asie-pacifique/video/2012/03/31/en-birmanie-le-vrai-test-ce-seront-les-elections-generales-en-2015_1678514_3216.html

On se réjouit bien sûr de l’élection d’Aung San Suu Kyi. Mais le vrai test aura lieu en 2015, lors des élections générales. Mais l’un des Etats composant le pays est actuellement en guerre civile et des crimes contre l’humanité sont commis. On oublie malheureusement d’en parler.

Très intéressant entretien avec une représentante du CCFD, de retour de mission en Birmanie.

 

 

 

Forum Alternatif Mondial de l’Eau, Marseille, 14 au 17 mars

Créé par le 27 fév 2012 | Dans : Evènements, Transnational

http://www.fame2012.org/fr/

Une rencontre internationale des mouvements de citoyenneté dont l’ambition est d’établir une plate-forme alternative aux propositions en préparation du Conseil Mondial de l’eau, dans le contexte aussi de la préparation du sommet RIO+20 (sommet de la Terre).

 

 

« A l’Encontre » : soutien total à l’intifada syrienne

Créé par le 27 fév 2012 | Dans : Anticolonial, Transnational

La rédaction du site A l’Encontre pose une question simple: la priorité pour les socialistes-révolutionnaires ne consiste-t-elle pas à accroître les manifestations de solidarité avec la mobilisation du peuple syrien ? Ce peuple qui lutte depuis bientôt douze mois et que la dictature d’Assad terrorise, torture, assassine, poursuit dans des «hôpitaux» de fortune pour liquider les blessés, au sens propre.
Croire qu’une telle résistance populaire – avec des milliers et des milliers de morts, avec des dizaines de milliers de personnes arrêtées et torturées, avec des dizaines de milliers de blessés à peine soignés, avec des centaines de milliers de personnes soumises à une faim organisée par le régime dictatorial – puisse être le résultat d’une «manipulation extérieure» relève de la bêtise traditionnelle des adeptes des «théories conspirationnistes». Les mêmes qui disaient qu’en 1968, en Tchécoslovaquie, les «capitalistes allemands» («Livre blanc» de documentation à l’appui!) avaient manipulé la mobilisation pour un «socialisme à visage humain»; puis un soulèvement qui dura longtemps après l’intervention de chars soviétiques en août 1968.
Que des forces sociales et politiques différentes existent dans la résistance syrienne, cela relève de l’évidence. Pourquoi, après quarante ans de régime dictatorial, faudrait-il que l’on voie surgir une sorte de «peuple d’avant-garde» qui réponde: «présents, nous sommes prêts à mener la lutte pour le socialisme».
Cet hypothétique peuple de boy-scouts – abruti donc, comme les conspirationnistes et fort éloigné donc de tout socialisme démocratique – devrait donner cette réponse à quelques farfelus «anti-impérialistes», tapis dans le confort de quelques pays européens encore épargnés, partiellement, par la crise, ou encore à un quelconque Bonaparte sui generis à la Chavez au Venezuela! Une triste farce révélant la dégénérescence de la pensée critique et matérialiste dans des secteurs auto-dénommés membres de la «gauche radicale» par effet d’imposture.
Une telle approche, au-delà de ses délires politiques, renvoie aussi à une conception des révolutions démocratiques qui ressemble aux «conquêtes du pouvoir par les peuples», sous la houlette de l’armée soviétique, en Pologne ou en Hongrie dans l’après-Seconde Guerre mondiale.
Enfin, il reste ceux et celles pour qui il est plus important de dénoncer une possible intervention militaire impérialiste que de développer une solidarité concrète avec les diverses composantes d’un peuple syrien qui lutte et résiste, en payant un prix énorme, insupportable.
Il va sans dire que nous sommes opposés à une intervention militaire étrangère. Toutefois, la priorité ne réside pas dans la dénonciation de cette hypothétique intervention, mais dans les diverses formes de solidarité avec les insurgés syriens. Quant aux ingérences, aucun conflit dans cette région n’en est exempt; il appartient au peuple syrien insurgé de les «gérer», d’y faire face.
En outre, la dénonciation obsessionnelle d’une intervention se fait au moment où, derrière le décor des palabres diplomatiques internationales, le secret espoir des puissances impérialistes et des néo-forces régionales (de la Turquie au Qatar) peut se résumer en une formule : mettre au point une «sortie de crise» – remarquez que les peuples massacrés sont réduits à un pion sur l’échiquier diplomatique, avec son langage cynique spécifique – à la Yémen, où un semi-Saleh succède à Saleh.
Autrement dit, assurer un changement en gardant les structures essentielles de l’appareil d’Etat de la dictature pour assurer la «stabilité dans la région». Et cela afin que chacun puisse redéployer, de manière concurrentielle, ses intérêts: de la France aux Etats-Unis, du Qatar avec ses alliés à la Turquie, en passant par la Russie et la Chine. Ne pas comprendre cela revient à révéler l’ineptie de la pensée qui se veut «socialiste» et le rejet pratique d’une éthique qui se fonde sur la capacité de saisir qui sont les oppresseurs et les opprimés, certes qui ne forment pas un bloc simple.
Charles André Udry
1234

citoyen du monde |
College Pratique du Nord-Est |
Indemnisation du préjudice ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | charleseugenerene
| Claudine Wuilque
| M.D.L. assistance service