mai 2012

Archive mensuelle

Religion, legal pluralism and human rights

Créé par le 31 mai 2012 | Dans : Actu du site

Un évènement qui a eu lieu ces 30 et 31 mai, signalé dans l’espoir d’avoir un jour plus ou moins proche un compte-rendu de travaux certainement stimulants.

Voir A signaler

Religion, legal pluralism and human rights

Créé par le 31 mai 2012 | Dans : A signaler

L’évènement que j’ai raté cette semaine, ayant un colloque sur un thème proche au … même endroit! Espérant  que des actes seront prochainement disponibles.  Parmi les intervenants, la philosophe politique Cécile Laborde (cf mon travail perso sur un de ses articles à la rubrique Travaux personnels) et l’anthropologue John Bowen, auteur d’un très intéressant L’islam à la française, ouvrage issu de dix ans de terrain en France.

http://ircpl.org/2011/event/religion-legal-pluralism-and-human-rights-european-and-transatlantic-perspectives/

http://europe.columbia.edu/programs/past-programs/religion-legal-pluralism-and-human-rights/

L’impasse syrienne, François Burgat

Créé par le 31 mai 2012 | Dans : Non classé

Pour mieux comprendre les racines de la crise syrienne.

A lire en rubrique J’ai été intéressée par ou Transnational.

L’impasse syrienne, François Burgat

Créé par le 31 mai 2012 | Dans : j'ai été intéressée par..., Transnational

Ce texte paru dans un média algérien (en 3 parties, d’où le choix de vous le présenter ici en un seul article) à l’automne 2011 contient de nombreux éléments d’analyses toujours éclairants pour la situation actuelle en Syrie. Il est en principe le fruit d’un entretien avec Jean-Marie Cléry. Ce mardi 29 mai, à Paris, François Burgat levait le voile sur l’identité de cet universitaire : lui-même, alors contraint à l’époque (à Damas, comme directeur de l’IFPO) de porter un pseudonyme. Aujourd’hui à Beyrouth, il peut enfin se citer!

http://oumma.com/L-Impasse-syrienne

A la lumière de cette réflexion, il est clair que le mouvement de révolte a avant tout une logique endogène. La thèse d’un complot international ne tient pas (même si évidemment, le jeu géopolitique s’est saisi de la situation, les grandes puissances veillant à leurs intérêts, au delà de la seule Syrie). Alain Gresh, présent ce jour là, d’accord avec Burgat sur la dynamique intérieure du mouvement, était d’ailleurs lui-même plus sensible à l’impact de la géopolitique sur le conflit.

 

La dimension transnationale des controverses publiques autour de l’islam en Europe

Créé par le 30 mai 2012 | Dans : Non classé

Colloque à Paris 6ème arrondissement ces 31mai, 1er et 2 juin. Initié par Nilufer Göle, Directrice d’études à l’EHESS dans le cadre d’un programme européen.

Voir rubrique Evènements.

La dimension transnationale des controverses publiques autour de l’islam en Europe

Créé par le 30 mai 2012 | Dans : Evènements

Colloque international, Paris, 31 mai, 1er et 2 juin
Résumé
Ce colloque réunissant des chercheurs internationaux travaillant sur les controverses liées à l’islam en Europe abordera les dynamiques de production du « public » en engageant une réflexion sur les nouvelles configurations politiques et culturelles dans les pays européens.
Annonce
Le colloque international « La dimension transnationale des controverses publiques autour de l’islam en Europe » s’attachera à comprendre comment les débats autour de l’islam ramènent au premier plan de la vie publique européenne la visibilité des signes et des symboles religieux. Les pratiques de piété islamique, liée au voile, à la prière, aux prescriptions alimentaires déclenchent des débats sociétaux, qui opposent les valeurs séculières européennes aux normes religieuses islamiques. La question de la différence islamique devient centrale dans la redéfinition des piliers et des frontières de la sphère publique européenne. Comment peut-on repenser la question de la visibilité islamique en rapport avec le pluralisme démocratique ? Existe-t-il une nouvelle manière d’ouvrir une critique de la modernité séculière à travers le prisme de l’islam dans une Europe post-Lumières ? L’islam, la post-laïcité, le cosmopolitisme sont-elles des pistes pertinentes pour repenser l’Europe ?
Ce colloque est organisé dans le cadre du projet EuropublicIslam (http://europublicislam.ehess.fr/accueil.html et http://europublicislam.hypotheses.org/ ) dirigé par Nilüfer Göle, lauréate du Conseil Européen de la Recherche du septième programme de la communauté européenne (FP7/2007-2013/Grant Agreement n° 230244).
Avec : Nilüfer Göle, Jeanette Jouili, Olivier Remaud, Nadia Marzouki, Alexandre Caeiro, Fatih Abay, Halide Velioglu, Etienne Balibar, Jocelyne Cesari, Schirin Amir-Moazami, José Casanova, Simone Maddanu, Fatima Khemilat, Rachid Id-Yassine, Bochra Kammarti, Warda Hadjab, John Tolan, Gil Anidjar.

En Israël, charge raciste contre les Africains

Créé par le 26 mai 2012 | Dans : Actu du site

Manifestation raciste mercredi soir à Tel-Aviv.

Lire le terrible article du journal suisse Le  Temps en rubrique Anticolonial.

En Israël, charge raciste contre les Africains

Créé par le 26 mai 2012 | Dans : Anticolonial

(Le Temps.ch 25/05/2012)

Une manifestation contre les immigrés a dégénéré en «chasse aux nègres». Trois cent mille clandestins se sont installés depuis 2001 en Israël, où ils subsistent dans le dénuement.
«Est-ce que vous accepteriez que des étrangers s’installent dans votre cage d’escalier et qu’ils chient devant votre porte?» Comme ses voisins de Neveh Shaanan, un quartier défavorisé du sud de Tel-Aviv, Aaron Azoulay a participé mercredi soir à la première manifestation violente de l’histoire d’Israël contre les immigrés africains. Une marche de protestation contre la présence massive d’immigrés subsahariens en Israël qui a rapidement dégénéré en «chasse aux nègres».
Encouragés par les sbires du Kach, un parti d’extrême droite dirigé par le député Michael Ben Ari, mais également par des députés du Likoud, le parti de Benyamin Netanyahou, les manifestants ont détruit des vitrines de magasins et des voitures transportant des Africains. Certaines des 17 personnes arrêtées frappaient des femmes et des enfants pendant que l’un de leurs amis leur lançait des crottes de chien au visage.
«Les invectives racistes des manifestants faisaient penser à celles que l’on entendait durant les pogroms antisémites d’avant-guerre. Ça ressemblait à un pogrom, j’ai honte», lâche un responsable de Médecins pour les droits de l’homme, une ONG qui soigne ces immigrés pour pallier le désintérêt des autorités.
Au lieu de calmer la tension, la députée Miri Regev (Likoud), qui a participé au défilé, a déclaré jeudi qu’elle «ne condamne pas la violence». Elle a également présenté les Africains comme un «cancer». Quant au ministre de l’Intérieur Eli Yishaï (Shass), il a proposé de les «placer immédiatement dans des centres de rétention avant de les renvoyer chez eux parce qu’ils constituent un danger pour le caractère juif d’Israël». Il a par ailleurs confirmé ses déclarations précédentes selon lesquelles «les clandestins apportent le sida et d’autres maladies».
Depuis 2001-2002, environ 300 000 immigrants originaires du Soudan, d’Erythrée, mais également du Nigeria, de Côte d’Ivoire et du Congo se sont installés clandestinement en Israël en traversant le désert du Sinaï (Egypte) avec l’aide de passeurs bédouins. Selon Benyamin Netanyahou, ce chiffre pourrait «atteindre 600000 d’ici un an ou deux».
Pour enrayer ce flux, Israël construit actuellement à Ketziot, dans le désert du Neguev (LT 03.05.12) une prison susceptible d’accueillir jusqu’à 50000 clandestins. En outre, il installe le long de sa frontière avec l’Egypte une clôture électronique doublée de postes de surveillance. Un ouvrage de 240 kilomètres de long qui devrait être achevé au début de l’automne.
Mais en attendant, les Africains continuent d’affluer au rythme de 5000 à 7000 par mois. «On en compte plus de 70000 rien qu’à Tel-Aviv où ils représentent 15% de la population», fulmine le maire de la ville Ron Huldaï. «Ils s’entassent dans les quartiers plus pauvres, dorment dans les parcs publics, à même le trottoir, ou squattent les appartements vides. A l’exception de quelques ONG, personne ne s’occupe d’eux.»
Les immigrants côtoient une population locale à peine moins défavorisée qu’eux et cette cohabitation se passe mal. Car les cas de harcèlement sexuel, de viols, de vols et de déprédations diverses sont nombreux, en hausse de 400% par an selon la police.
En avril, un habitant du sud de Tel-Aviv a ainsi lancé des bouteilles incendiaires contre une garderie accueillant des enfants noirs pour protester contre les clandestins campant au pied de son immeuble. D’autres ont créé des milices chargées «d’accompagner nos filles qui n’osent plus se promener en rue». Quant à Ron Huldaï, il annonce la mise sur pied d’une police privée qui suppléera les unités de gardes-frontière armés que le ministre de la Sécurité intérieure, Yitzhak Aharonovitch, veut déployer dans les villes à forte concentration d’immigrés.
«Ce n’est pas comme cela que l’on résoudra le problème», rétorque Sigal Rozen, porte-parole de l’ONG Hotline for migrant workers (HMW). «Pour avancer, il faudrait que les immigrants soient considérés comme des êtres humains et traités comme tels mais ce n’est pas cette voie que le gouvernement a choisi d’emprunter et il risque de la payer cher.»
Serge Dumont
© Copyright Le Temps.ch

François Burgat, La sortie de l’autoritarisme dans le monde arabe : quels acquis et quels défis?

Créé par le 24 mai 2012 | Dans : Actu du site

Mardi 29 mai à l’EHESS, conférence avec François Burgat.

Détails à la rubrique Evènements.

Ce devrait être extrêmement intéressant. François Burgat suit les problèmes du monde arabe depuis plusieurs décennies et y a vécu une quinzaine d’années. Il dirige l’IFPO depuis Beyrouth.

François Burgat, La sortie de l’autoritarisme dans le monde arabe : quels acquis et quels défis?

Créé par le 24 mai 2012 | Dans : Evènements

François Burgat  est directeur de recherche au CNRS (IREMAM, Aix-en-Provence)  et directeur de l’IFPO (Institut français du Proche-Orient)

Le « printemps » inauguré par la déroute du président tunisien Zine El-Abidine Ben Ali a fait très inopinément entrevoir la fin d’un long hiver autoritariste arabe. En Occident, l’image d’un monde arabe passif et culturellement inconciliable avec les aspirations démocratiques du reste de la planète est d’ores et déjà profondément transformée. Pendant plusieurs décennies, ni le caractère universel et profane des frustrations que suscitait l’autoritarisme ni les dégâts qu’il provoquait dans le tissu de la relation euro-arabe ne sont apparus comme tels au regard extérieur, y compris, pour une part, académique. Les Européens ont, en effet, eu longtemps une propension à se focaliser sur le fait qu’à partir des années 1980, dans les mobilisations protestataires, le lexique musulman avait pris le pas sur le répertoire socialisant des gauches nationalistes. Pendant trente années, les régimes ont ainsi facilement réussi à présenter à leurs partenaires occidentaux la fraction des oppositions que leur répression contribuait à radicaliser comme la seule alternative (menaçante) à leur pouvoir. Cette perception restrictive les a amenés à ignorer l’ampleur des dommages relationnels causés par leur fréquentation de partenaires très largement illégitimes. Les premiers résultats des urnes montrent désormais une réalité différente dont la rive nord de la Méditerranée va devoir s’accommoder : la première préoccupation d’une écrasante majorité des citoyens du Maghreb et du Proche-Orient n’est pas d’expulser de l’enceinte politique une référence religieuse qui s’avère intimement liée à leur identité nationale. C’est bien plutôt de résorber les profondes inégalités, politiques et sociales, que les élites post-indépendantistes, au nom de la lutte contre cet usage du lexique religieux (et avec les encouragements de la rive nord) ont trop longtemps laissées se creuser.

EHESS, Amphithéâtre, 105 bd Raspail, 75006 Paris Entrée libre

Mardi 29 mai 2012, 18h-20h

1234

citoyen du monde |
College Pratique du Nord-Est |
Indemnisation du préjudice ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | charleseugenerene
| Claudine Wuilque
| M.D.L. assistance service