Mobilisations locales

Articles archivés

Les quelques jours où Philips-Dreux fut autogéré

Créé par le 25 fév 2010 | Dans : j'ai été intéressée par..., Mobilisations locales

http://www.bastamag.net/article865.html

Je ne sais quel sera l’avenir de Philips. On se réjouit de la récente victoire. Mais la direction persistera sans doute. Alors, de ces jours de combat de d’inventivité sortira peut-être une solution durable. Quoiqu’il en soit, c’est un exemple magnifique.

Philips à Dreux : une victoire symbolique

Créé par le 20 fév 2010 | Dans : Mobilisations locales

Même si l’on sait que rien n’est joué, le jugement rendu ce vendredi est un encouragement pour tous ceux qui sont menacés de perdre leur emploi.

http://www.leparisien.fr/economie/dreux-les-212-salaries-de-philips-reprennent-le-travail-lundi-19-02-2010-822370.php

Autoroute A 154 : la contribution d’Europe-Ecologie Eure et Loir au débat public

Créé par le 29 jan 2010 | Dans : Mobilisations locales

Voici le document qu’Europe-Ecologie 28 a fait parvenir à la commission particulière du débat public.

http://www.europe-ecologie28.fr/?page_id=298

Dans ce débat, il faut rendre hommage au travail remarquable des associations, qui le 19 janvier à Dreux ont proposé un projet d’aménagement en 2fois 2 voies alternatif au projet de l’Etat, et réellement affiné.

Très peu nombreux sont ceux qui veulent cette autoroute à péage. Le représentant de l’Etat est assez sourd à cette réalité.

Pourtant le projet est absurde : dans dix ans, entre un pouvoir d’achat qui s’effrite (la crise hélas n’est pas finie), les exigences du Grenelle (vive le rail!) et des accords climatiques à venir, la hausse très probable du prix du pétrole auront bouleversé la donne. Ce que l’on nous prépare est un pur gâchis économique, social et écologique. Une solution totalement non durable.

Reste à voir l’avis de la CPDP et aussi l’affirmation de la volonté politique des élus locaux… La conjoncture électorale est peut-être un élément favorable pour un changement de cap intelligent!

 

Le gouvernement prépare une relance autoroutière

Créé par le 27 déc 2009 | Dans : Climat, environnement, Mobilisations locales

Les associations environnementalistes et d’usagers des transports dénoncent l’abandon des engagements du Grenelle de l’environnement en matière d’infrastructures de transports. Selon la loi Grenelle1, l’Etat devait produire un nouveau Schéma National des Infrastructures de Transport avant la fin 2009 : cet engagement ne sera pas tenu, laissant la voie libre aux lobbys et aux pouvoirs locaux pour opérer, sur le terrain, une véritable relance autoroutière.

Le secteur des transports engendre en France 26% des émissions de GES. La loi Grenelle 1 (article 9) a acté une inversion de la tendance et une réduction des émissions de 20% d’ici à 2020. « Cet objectif implique une réduction de la demande de transport motorisé, une amélioration de l’efficacité énergétique des véhicules routiers et un transfert vers des modes de transport plus sobres en carbone et en énergie » rappelle Olivier Louchard, directeur du RAC-France ; « une relance de la construction autoroutière serait irresponsable et condamnerait d’avance ces ambitions ».

Afin d’engager une vraie rupture, les ONG avaient porté, lors des négociations du Grenelle, l’exigence d’un abandon des projets autoroutiers. Mais l’écriture diplomatique de l’article 10 de la Loi Grenelle 1 en permet une large interprétation dans laquelle s’engouffrent les tenants du tout-routier : « L’Etat veillera à ce que l’augmentation des capacités routières soit limitée au traitement des points de congestion, des problèmes de sécurité ou des besoins d’intérêt local, en limitant les impacts sur l’environnement ». Cette série d’exceptions aurait pu être contrebalancée par l’article 17 qui prévoit que « le Schéma National des Infrastructures de Transport, qui constitue une révision des décisions du CIAT, le Comité Interministériel d’Aménagement du Territoire, de décembre 2003, [soit] élaboré en 2009, en concertation avec les parties prenantes du Grenelle ».

Force est de constater qu’en violation de la loi, le processus de concertation pour l’élaboration du SNIT, n’a pas été mené à son terme et que le projet de SNIT semble encore très loin d’être abouti ! Pendant ce temps, quasiment tous les projets autoroutiers prévus par le CIAT ont continué de progresser, au point qu’en lieu et place de l’abandon initialement réclamé par les associations, c’est bien à une relance autoroutière généralisée que nous assistons.

Nos associations demandent donc au gouvernement de publier l’actuel projet de SNIT et de rétablir le processus de concertation inscrit dans la loi. Elles estiment par ailleurs que de nombreux projets d’infrastructures ne répondent qu’aux intérêts des lobbys de la route : leur maintien serait incompréhensible.

« Les grands travaux routiers sont contre-productifs : plus on en fait, plus il faut en faire car ils induisent du trafic ; il faut concentrer l’effort financier sur les transports collectifs urbains et le rail » rappelle Jean Sivardière, président de la FNAUT. « Les mythes du désenclavement et du développement économique ont vécu ; il faut leur opposer les réalités des destructions environnementales et du dérèglement climatique » martèle Julien Milanesi, porte-parole du collectif Stop Autoroutes. « Il faut en finir avec la schizophrénie de cette gouvernance qui se drape de beaux discours écologiques à Copenhague et poursuit des politiques climaticides sur le terrain » conclut Yannick Vicaire, d’Agir pour l’environnement.

Projets autoroutiers : A104 qui prolonge la Francilienne, A10bis à proximité de Tours, RCEA entre Mâcon et la façade atlantique, A831 à proximité de Rochefort, A45 entre Lyon et Saint Etienne, contournement ouest de Strasbourg, projet d’A32 à Toul, projet de transformation de la RN 154 en autoroute, projet de deuxième autoroute en Lozère, projet d’autoroute Castres-Mazamet-Toulouse, projet d’autoroute Langres-Vesoul, mise à 2 x 3 voies de l’A31 Metz-Nancy et de l’A9 Perpignan-Perthus (parallèle à deux voies ferrées), élargissement des nationales à Nantes et Orléans…

Carte des projets : http://carfree.free.fr/index.php/2009/11/15/carte-de-france-des-projets-climaticides/

Source : http://reporterre.net/

Commentaire : l’article 10 de la loi de Grenelle « L’Etat veillera à ce que l’augmentation des capacités routières soit limitée au traitement des points de congestion, des problèmes de sécurité ou des besoins d’intérêt local, en limitant les impacts sur l’environnement » implique que l’on ne peut invoquer l’argument de projet national structurant (établi en 1994) comme on le fait actuellement pour la RN 154!

Exigeons le respect de la loi! Exigeons la finalisation du schéma national des infrastructures routières en concertation avec l’ensemble des parties prenantes au Grenelle!

  

NON au projet d’autoroute à péage entre Allaines et Nonancourt !

Créé par le 13 déc 2009 | Dans : Mobilisations locales

Jouons collectif contre l’A 154

NON au projet d’autoroute à péage entre Allaines et Nonancourt !

13 décembre 2009

NEWSLETTER n°13

POUR NOUS SOUTENIR : SIGNER ET FAIRE SIGNER LA PETITION

Au 4 décembre 2009 4497 signataires (voir liens)

L’évènement de la semaine : Le bilan d’étape de la réunion du 12 décembre

La réunion de Débat Public du 12 décembre avait pour objet de faire un « bilan d’étape ».

Le public présent a pu écouter Madame BREVENT, membre de la Commission Particulière, faire un bilan détaillé et très objectif. Sur le fond du dossier, elle a noté une quasi-unanimité des participants CONTRE le projet de concession autoroutière : péage, desserte locale, aspects environnementaux… à l’exception de la Chambre de Commerce et d’Industrie qui considère ce projet comme un pis-aller, et de l’association fantômatique 1 Euro pour la Vie.

Nous avons pris la parole pour faire part à l’assistance de notre propre bilan : Après avoir rappelé que ce dossier était rejeté par l’ensemble de la population, nous avons attiré l’attention sur le fait que :

- ce dossier contient de nombreuses approximations, par exemple les estimations de trafic sur les itinéraires de substitution qui ont chuté de près de 30% entre le dossier présenté aux élus départementaux en 2006 et le dossier actuel, – qu’il est basé sur des évolutions de trafic estimées « pas très crédibles » par le maître d’ouvrage lui-même lors d’une réunion précédente. En effet, ce projet est basé sur un trafic qui aurait augmenté de 30% entre aujourd’hui et 2018, alors que le trafic routier baisse sur l’ensemble des routes depuis plus de 2 ans, et alors que la part modale de la route par rapport aux autres moyens de transport notamment le train baisse aussi.

- il contient de nombreuses contradictions sur le plan environnemental : l’Etat reconnait dans le dossier que pour tenir compte des conclusions du Grenelle il est nécessaire d’aménager l’existant mais s’empresse de conclure qu’il faut créer de toutes pièces 2 rubans autoroutiers pour contourner Chartres et Dreux. Par ailleurs, et nous le tenons de la bouche même de M. DE SORAS qui représente l’Etat dans ce dossier, ce dossier n’est pas voulu par l’Etat mais par nos élus au Parlement, ceux-là mêmes qui ne sont pas venus nous faire part de leur position pendant ce débat public. Cet élément, très important, ne rend-il pas un peu plus crédible Me. FARO, avocat environnementaliste représentant les associations drouaises, lorsqu’il estime que l’Etat n’a aucune intention de mener ce dossier au bout, mais que le Débat Public a été simplement initié à la demande de nos élus parlementaires afin de montrer qu’ils faisaient quelque chose pour la 154 ? Par ailleurs, nous ne tomberons pas dans le piège tendu par le maître d’ouvrage qui a exprimé implicitement mais à plusieurs reprises le souhait que les opposants au projet fasse des propositions alternatives : ce fut le cas lorsqu’un projet de concession se limitant à la partie Chartres-Allaines a été cité, lorsque la question des péages ouverts ou fermés a été abordée (les péages ouverts permettant de diminuer le tarif pour les personnes effectuant les trajets les plus longs), ce fut le cas hier encore quand M. DE SORAS a indiqué que le financement des diffuseurs supplémentaires (1 entre Dreux et Chartres et 1 entre Chartres et Allaines) pouvait faire l’objet de discussions.

En conclusion, nous pensons que ce projet de concession doit être rejeté, à toutes les forces du Département de se mettre au travail et obtenir un financement public de la RN154 pour :

- régler le plus rapidement possible la situation de St-Rémy-sur-Avre qui tient plus d’un problème de santé publique que d’un simple problème d’aménagement routier,

- la mise à 2X2 voies de l’ensemble de l’itinéraire. A noter, les deux prochaines réunions du débat public :

- le jeudi 17 décembre à VOVES : les perspectives d’aménagement dans la partie Sud du futur axe

- le 14 janvier à Chartres : Quels impacts sur le monde agricole ?

Bonnes fêtes. Didier BERTHUY

Association Jouons Collectif A 154 1 Place de la mairie 28300 Berchères

Pour toutes demandes de votre part au sujet des données nominatives vous concernant, merci de nous contacter à contact@jouonscollectifa154.fr

 

citoyen du monde |
College Pratique du Nord-Est |
Indemnisation du préjudice ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | charleseugenerene
| Claudine Wuilque
| M.D.L. assistance service