Françoise Duthu

Bienvenue sur mon blog : poésies, photos, travaux universitaires, textes politiques, …

Archive pour juillet, 2012

Maroc : des islamistes au service du roi (suite)?

Posté : 18 juillet, 2012 @ 11:24 dans j'ai été intéressée par... | Pas de commentaires »

 

2ème partie.

http://oumma.com/13250/islamistes-service-roi-22

Maroc : des islamistes au service du roi?

Posté : 18 juillet, 2012 @ 11:23 dans Actu du site | Pas de commentaires »

Article paru sur Oumma.com, en deux parties. Publié comme contribution au débat.

Voir J’ai été intéressée par.

Maroc : des islamistes au service du roi (première partie)?

Posté : 18 juillet, 2012 @ 11:22 dans j'ai été intéressée par... | Pas de commentaires »

Le site Oumma.com s’interroge sur l’autonomie du PJD (Parti de la Justice et du Développement), qui dirige la coalition gouvernementale, par rapport au Makhzen.

 

http://oumma.com/12996/islamistes-service-roi-12

Tunisie : Analyse des résultats du congrès d’Ennhada

Posté : 18 juillet, 2012 @ 11:17 dans Actu du site | Pas de commentaires »

Juillet est un mois important pour le Maghreb. Au Maroc vient de se tenir le 7ème congrès du PJD (Parti de la justice et du développement), confirmant largement le leadership du chef de gouvernement A. Benkirane. En Tunisie, Ghannouchi est lui-même largement réélu président de son parti Ennhada (la Renaissance). Mais les processus sont bien différents. Alors qu’au Maroc, dès les premiers frémissements d’un printemps à venir, le roi mit sur place une commission qui en trois semaines accoucha d’une nouvelle constitution, adoptée par la suite à 98%. A la suite des élections de novembre 2011, le PJD ayant obtenu 30% des voix et 106 sièges est devenu le principal parti d’une coalition quelque peu hétérogène (Istiqlal, Mouvement Populaire, et PPS, ces derniers étant communistes). En outre des tendances diverses existent au sein du PJD. En Tunisie, la constitution est en cours d’éléaboration par l’Assemblée Nationale Constituante, un processus a priori plus ouvert qu’un Maroc. Cependant, de même qu’au Maroc, le parti connaît en son sein des lignes différentes.

Pour une première analyse des résultats du Congrès d’Ennahda, voir en rubrique Partout dans le monde.

Tunisie : Analyse des résultats du congrès d’Ennhada

Posté : 18 juillet, 2012 @ 11:09 dans Partout dans le monde | Pas de commentaires »

 

La première force politique du pays, le parti Ennhada, vient de tenir son 9ème congrès, mais le 1er depuis son accession au gouvernement. Vous trouverez ci-dessous une première interprétations des résultats de ce congrès. L’un de ces résultats est le choix d’un régime parlementaire où le Parlement aurait le dernier mot -NB: la rédaction de la constitution est de la responsabilité de l’actuelle Assemblée Nationale Constituante). Ghannouchi, le leader et actuel chef du gouvernement sort renforcé de ce congrès, mais il apparaît qu’existe divers courants au sein du parti.

http://www.businessnews.com.tn/Le-9%C3%A8me-congr%C3%A8s-d%E2%80%99Ennahdha-trace-sa-voie–r%C3%A9gime-parlementaire,-proportionnelle-absolue-et-exclusion-des-RCDistes,519,32372,1

Maroc : Enquête au sein du PJD. Qui tient les commandes?

Posté : 16 juillet, 2012 @ 8:28 dans Actu du site | Pas de commentaires »

Le Parti de la Justice et du Développement est le principal parti de gouvernement depuis novembre 2011. Le « printemps arabe » pour le moment a effleuré le Maroc, qui connaît toutefois une nouvelle étape. la nouvelle constitution, que le roi a eu l’habileté de commanditer dès l’émergence du mouvement du 20 avril, comprend en germe la possibilité d’une monarchie constitutionnelle, bien que rien ne soit acquis.

Le PJD n’est toutefois pas une force homogène. Voir Politique.

 

Maroc : Enquête au sein du PJD. Qui tient les commandes?

Posté : 16 juillet, 2012 @ 8:25 dans Politique | Pas de commentaires »

 

Le PJD connaît en son sein des dissensions non négligeables, comme me l’avait signalé le journaliste espagnol Jose Luis Navazo. Elles sont ici explicitées.

http://www.leconomiste.com/article/887041-enquete-au-coeur-du-pjdbrqui-tient-les-commandes

Le premier ministre marocain, Abdelilah Benkirane, a été réélu a la fonction de secrétaire général du PJD

Posté : 16 juillet, 2012 @ 7:38 dans Non classé | Pas de commentaires »

Un évènement significatif, le PJD (Parti de le Justice et du Développement, islamiste modéré), dont A. Benkirane reste le secrétaire national étant devenu, avec 106 députés élus en novembre 2009, la force principale de la coalition gouvernementale.

Cette élection a eu lieu lors du 7ème congrès du PJD réuni à Rabat. Le parti a également actualisé sa plateforme pour s’affirmer comme parti de gouvernement.

Voir communiqué et mes commentaires en page Partout dans le monde.

Le premier ministre marocain, Abdelilah Benkirane, a été réélu a la fonction de secrétaire général du PJD

Posté : 16 juillet, 2012 @ 7:34 dans Partout dans le monde | Pas de commentaires »

Abdelilah Benkirane réélu secrétaire général avec 85,11% des voix

Abdelilah Benkirane a été reconduit hier, lors du 7ème congrès ordinaire du Parti de la Justice et du Développement (PJD), au poste de secrétaire général. Dans un premier temps, le congrès qui a rassemblé samedi et dimanche à Rabat quelque 3.300 participants, dont 550 femmes, a élu les 160 membres du nouveau conseil national, suite aux amendements introduits dans son statut.

Dimanche, le PJD, réuni pour son 7ème congrès ordinaire, a réélu Abdelilah Benkirane comme secrétaire général du parti, un poste qu’il va occuper pour un deuxième mandat de quatre années.
Après une première phase d’élection, les votants avaient le choix entre deux candidats: Abdelilah Benkirane et Saad Dine El Otmani; Aziz Rebbah et Mustapha Ramid s’étant retirés de la course.

Sur 2.586 votes valides, Benkirane a obtenu 2.240 voix soit 85,11%, un résultat qui lui a valu sa réélection à la tête du PJD.
Dans un premier temps, les membres du précédent conseil national, ainsi que les nouveaux élus désignés samedi, qui constituent les électeurs pour les 5 premiers candidats possibles, avaient justement fait leur choix. En effet, pour pouvoir se présenter à l’élection finale au poste de secrétaire général, il faut obtenir plus de 10% des voix de ce corps électoral, et être classé parmi les 5 premiers.
Quatre candidats potentiels avaient ainsi émergé: Abdelilah Benkirane a obtenu 224 voix, Said Dine El Otmani 149, Aziz Rebbah 62, Mustapha Ramid 59 et 39 voix, en dessous des 44 exigées pour Abdallah Baha.
Au vu des résultats de ce premier tour Rabah et Ramid se sont désistés. Il ne restait plus que Benkirane et El Otmani pour se présenter aux élections finales devant l’ensemble des membres du congrès.

Adapter le PJD à la nouvelle situation

 Le 7ème congrès du PJD, réuni sous la devise: “Un partenariat efficace pour l’édification démocratique”, cherche, selon le président du congrès, Abdellah Baha, “à assurer l’adaptation du parti à la nouvelle situation, du fait de son passage de l’opposition aux commandes du gouvernement”.
La thèse se base sur les référents globaux et définit les engagements doctrinaux et politiques du parti, sa conception en matière de réforme sociétale, le programme électoral qui sera à la base de l’engagement du PJD envers ses électeurs et la charte de la majorité gouvernementale. Elle fait figure de réponse aux questionnements soulevés sur les réalités politique, économique et sociale et trace les orientations et les repères qui vont régir l’action politique.
Abdellah Baha a souligné que ce changement induit de nouvelles responsabilités et exige de travailler selon des approches différentes et d’adopter un discours nouveau.
Au sujet de l’appel du secrétaire général à resserrer les rangs, Abdallah Baha a relevé que malgré la gêne que suscitent certaines déclarations, cela n’influe pas sur l’action du gouvernement, car au sein du Parti de la Justice et du Développement, l’opinion est libre et la décision est contraignante.

 Abdelkrim Alaoui

Quelques commentaires : le PJD est le parti majoritaire de la coalition gouvernementale qui s’est constituée au lendemain des élections législatives de novembre 2011. Auparavant, les citoyens marocains avaient adopté à 98% (parmi les 45% d’électeurs ayant voté) la nouvelle constitution. celle-ci fut rédigée en mars en trois semaines, le roi se montrant très réactif face à l’émergence du mouvement du 20 février. celui-ci semble aujourd’hui s’être épuisé, mais des mouvements soulèvent assez souvent les campagnes dernièrement. La situation économique du pays est très dégradée, les prévisions de croissance étant de 3% au lieu des 5 attendus. De plus, des réformes sociales importantes et indispensables (accès au soin des plus pauvres ou allocation pour les femmes seules sans revenus avec enfants) sont un poids budgétaire très important.

La situation du PJD a en novembre, basculé : de principal parti d’opposition, il est devenu le principal parti de gouvernement. Outre les difficultés mentionnées ci-dessus, son action est « cadrée » par un cabinet royal très présent. La question est de savoir si ce parti saura affronter cette situation sans connaître l’usure du pouvoir. Le test aura lieu lors des élections régionales et municipales, qui viennent d’être repoussées (le roi semblant parier sur cette usure). Le fait que le premier ministre ait conservé sa place de secrétaire général est en ce sens un élément important, étant donné la capacité mobilisatrice du PJD (Parti de la Justice et du Développement).

Le 7ème congrès s’est tenu à Rabat. La séance introductive fut spectaculaire et impressionnante avec des intervenants venus de nombreux pays arabes ou musulmans. Ce fut surtout le printemps arabe et la cause palestinienne qui soulevèrent un enthousiasme considérable dans l’imposant palais des sports, où étaient réunis les 3300 délégués et un grand nombre d’invités. Parmi les orateurs, ont été particulièrement ovationnés le représentant de la Turquie, celui du Hamas (Mechaal) et la prix Nobel de la paix yéménite Tawwakkol Karman.  Au niveau européen, l’Espagne fut la seule à comprendre l’enjeu et le parti de gouvernement fut représenté par la présidente de la commission pour l’égalité au sein du Parlement Européen, très à l’aise et très applaudie. Le PS français sollicité, n’a envoyé personne. Une erreur diplomatique, à un moment délicat où les enjeux principaux sont la route vers la démocratie, vers une monarchie constitutionnelle (qui n’existe pas encore vraiment), la lutte contre la corruption, le développement (l’emploi est très dégradé et le Maroc connaît le chômage massif des jeunes cadres), la restauration d’un environnement dévasté.

FD, présente à Rabat les 14 et 15 juillet, à l’invitation du PJD.

En Tunisie, le parti islamiste Ennhada se dit centriste et modéré

Posté : 16 juillet, 2012 @ 6:49 dans Partout dans le monde | Pas de commentaires »

 

 

Le dernier congrès d’Ennhada vient de se tenir. Ce parti affirme une ligne qui le démarque clairement des salafistes. Lire ci-dessous l’article du JDD.

http://www.lejdd.fr/International/Maghreb/Actualite/Tunisie-le-parti-islamiste-Ennahda-se-dit-centriste-530541

1234
 

citoyen du monde |
College Pratique du Nord-Est |
Indemnisation du préjudice ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | charleseugenerene
| Claudine Wuilque
| M.D.L. assistance service